mardi 15 août 2017

Entendu dans le poste


Préférer la radio à la télé : les horreurs du monde sont plus supportables quand on ne les voit pas. Et la bêtise est plus audible, parce qu’elle n’est pas recouverte d’images.

« Il y a encore beaucoup à faire. La tâche reste titanique. » On craint le naufrage.

La radio s’allume sur ces mots : « Syrien n’est fait… » Le cerveau prend une ou deux secondes pour rétablir : « Si rien n’est fait… » Les deux ententes se mélangent, et ça reste vrai : rien n’est fait pour les Syriens.

« Décès de l’écrivain Gonzague Saint Bris. Il avait une plume et un physique. Son dernier livre devait paraître dans les prochains jours. » Devait est sublime. Ce passé qui vaut pour un futur produit une sorte de vertige temporel, ainsi que le double sens de devoir : obligation et probabilité. Finalement, sortira, sortira pas ? Ce qui est sûr, c’est que ce dernier livre sera son dernier.

jeudi 10 août 2017

La mort du sosie


Aujourd’hui, mon sosie est mort. Était-ce moi son sosie, ou lui de moi ? La ressemblance fonctionne dans les deux sens, mais comme c’est lui qui était célèbre, on me prenait pour lui.

On se ressemblait, et pourtant jamais on n’a dû le prendre pour moi.

On ne me prendra plus pour lui, à moins qu’on me croie mort et qu’on se sauve en me voyant, croyant voir mon fantôme.

Il était plus âgé que moi, de 22 ans, et dans son grand âge, il avait fini par ne plus me ressembler, ou l’inverse. Le sosisme n’a fonctionné que pendant une période d’une dizaine d’années, alors que, moi n’étant plus jeune et lui pas encore trop vieux, nous étions à peu près superposables. Il a toujours fait plus jeune que moi, jusqu’à son entrée dans le 4e âge. Alors, nous avons divergé.

Mince avantage, je lis sa rubrique nécrologique : doux, smart, subtil, aimé, finement ironique. Allons, encore un effort, et je pousserai la ressemblance jusque là.

La première fois qu’on m’a pris pour lui en me demandant un autographe, j’ai été tellement étonné que la groupie a cru que je jouais parfaitement mon rôle en feignant de ne pas être moi. Elle est partie à reculons, incrédule, fâchée de rentrer bredouille mais contente de m’avoir reconnu. En niant que j’étais l’autre, je n’ai réussi qu’à faire croire que je tenais à rester incognito. J’aurais dû lui donner un autographe en signant de mon vrai nom.

Je regarde la photo où il se trouve à côté de son épouse, une belle femme, en me disant que pour lui ressembler vraiment, il eût fallu que j’eusse une femme, et qu’elle ressemblât à la sienne. Et voici que me revient le souvenir d’une femme ancienne qui joua de cette ressemblance. Ce fut l’amour fou.

samedi 15 juillet 2017

Photo officielle


S’il fallait une confirmation que la politique est morte, par effacement des valeurs qui la fondent, on la trouverait dans le nom du dernier parti en date : « le mouvement du 1er juillet ». Ce qui donne, en abrégé, les comités M1717. Rêver, disait-il.

Pour éviter les heurts, le prochain G20 se tiendra sur une île déserte ou dans une capsule spatiale.

Affaire PS, 2049. Trente-deux années se sont écoulées sur les berges de la Seine, depuis que le PS a été retrouvé mort, ligoté rue Solférino. Le mystère reste entier. Mais de nouvelles analyses, permises par les progrès de la médecine politico-légale et par le logiciel Anacrim, ont conduit à la mise en examen de F. Hollande, suspecté dès l’époque d’être à l’origine de la disparition de l’enfant qui lui avait été confié en bonne santé en 2012. Il avait avoué dans un premier temps, mais s’était rétracté. Aujourd’hui âgé de 95 ans, il n’a plus la mémoire exacte des faits qui lui sont reprochés.

Photo officielle de Macron. Trop symétrique, mais comment faire avec deux drapeaux ? Les montants de la fenêtre renforcent la raideur binaire, bien qu’elle soit ouverte. La cravate est bien dans l’axe. Tout cela est équilibré. Détonne un peu qu’il tourne le dos au bureau, comme s’il lui servait à s’appuyer plus qu’à travailler. Les livres sont derrière lui. La Pléiade, le Panthéon. On a su que c’étaient Les Mémoires de guerre, Les Nourritures terrestres et Le Rouge et le Noir. Le provincial Julien rêve d’ascension par Mme de Rênal, qui pourrait être sa mère. Gide pour la jouissance et De Gaulle pour la grandeur. Au moins a-t-il lu trois livres. Devant la bibliothèque de l’Élysée, posant après De Gaulle, Pompidou et Mitterrand, vrais lettrés ceux-là, Sarkozy avait voulu faire croire qu’il avait lu tous les livres. L’aristocrate Giscard était dispensé d’étaler sa culture, sur fond uniforme de drapeau. Chirac et Hollande cultivaient les arts premiers et le journal, en deçà du livre. Le parc et le château suffisaient à leur bonheur de propriétaires terriens.

samedi 24 juin 2017

Macron au miroir



Macron au miroir, avant le meeting de Lyon, 4 février 2017. Photo de Soazig De La Moissonnière, Le Monde, 27 mai 2017.
Il ferme les yeux, il ne se regarde pas, il sait qu’on le photographie et qu’on va le voir devant un miroir en train de se concentrer sans se voir. Imaginons Narcisse fermant les yeux devant son image. C’est possible, si Narcisse sait qu’il est photographié.

Gouvernement de Philippe II. Il eût été inconvenant de nommer Bruno Le Maire premier ministre.

On aurait pu délimiter des portefeuilles sur mesure pour quelques ministres bien nommés, Gérard Collomb au ministère des Découvertes, Nicolas Hulot à la protection des oiseaux nocturnes, Nathalie Loiseau aux transports aériens, Stéphane Travert aux ports, Élisabeth Borne au découpage du territoire, Sébastian Lecornu à l’agriculture, Jean-Baptiste Lemoyne à l’égalité des Cultes, Julien Denormandie aux Régions, et la France eût été bien gardée.

« On devrait rendre le droit de vote obligataire » (entendu à la radio). Quelque chose m’échappe dans la formulation, et j’ai du mal à expliquer quoi.

Dans le Xe arrondissement de Paris, les électeurs ont le choix entre un candidat soutenu par Macron et un autre qui se recommande de Macron.

Le coup de génie de l’étiquette « En marche ! », outre de reprendre les initiales du fondateur, c’est le point d’exclamation à la fin : a-t-on l’exemple d’un autre parti politique ainsi ponctué avec élan ? Reste à inventer un parti avec un point d’interrogation, genre « Que sais-je ? » de Montaigne. Mais celui-là resterait sans voix.
L’autre habileté de Macron, c’est de dépolitiser tous les mots de la politique. Les autres partis portent des noms qui dénotent ou connotent la politique : front national, communistes, socialistes, républicains, centristes, même « insoumis », qui sent son révolutionnaire. Mais les « marcheurs » d’« En marche ! », quoi de plus neutre ? Et maintenant, les « constructifs ». La suprême habileté de la politique, c’est de faire croire qu’elle est apolitique. Cet effet de gommage modifiera-t-il la donne politique, ou bien cache-t-il la continuation de vieilles pratiques sous des mots javellisés ?

Si j’ai bien tout compris, l’Europe prête à la Grèce la somme nécessaire pour rembourser les intérêts de la dette qu’elle a contractée auprès des banques. C’est comme l’impôt prélevé à la source : il serait plus simple de donner directement aux banques, sans passer par la case du pays débiteur.

dimanche 18 juin 2017

L’affaire


Dans la famille aux corbeaux, je demande une colombe. Le petit ange au ciel, c’est déjà fait.

Marguerite, reviens ! On a besoin que tu mettes du sublime, forcément, dans le sordide.

Seule une tragédie grecque pourrait faire de cette embrouille familiale une pièce à la hauteur des mythes antiques.

dimanche 4 juin 2017

Communications présidentielles


Kwassa kwassa
C’est quoi ça, quoi ça ?
Couac.

Covfefe
On ne devrait pas laisser le code nucléaire à la portée des enfants.

mardi 30 mai 2017

En direct


« Que va faire le futur ex-président ? On sait qu’il cherche une maison en Corrèze. Il va écrire un livre. Pas de quoi remplir une vie. » (France Info, 14 mai 2017)

« La pluie commence à se calmer. On ne sait pas pour combien de temps. » (France 2, journée de l’investiture de Macron)

Le journalisme vit du direct. Le direct en continu a tué les journalistes-Ikea : il leur faut meubler.

Imaginer la vie des vaincus. Fillon dans son château, en famille.

Le clochard aussi aimerait se mettre en marche, mais il n’a pas de chaussures.

En même temps : l’expression fétiche de Macron déboussole les esprits binaires. Les commentateurs aussi, qui ne font pas la différence entre deux sens de l’expression : mettre sur le même plan des idées entre lesquelles on ne choisit pas (l’âne de Buridan) ; penser ensemble deux idées sous tension (ça s’appelle la dialectique).